icon-glass car parking centre contact elevator envelope geopin piechart quoteleft quoteright select wheelchair picto-checked picto-chevron-left picto-chevron-right picto-cross picto-cross-thin picto-triangle-down phone Aller au contenu principal
notaires_de_france mon_notaire_ma_succession

J’hérite, tu hérites, ils héritent.

Quelques questions suffisent pour vous présenter votre dévolution successorale, sans frais, ni inscription.

Les informations communiquées sont strictement confidentielles et ne sont pas conservées.

Je commence
J’hérite, tu hérites, ils héritent.
J’identifie mes héritiers.

L’onglet « Prévu par la loi » vous permet d’identifier vos héritiers tels que déterminés par la loi, à défaut de dispositions contraires de votre part.

L’onglet « Avec un testament » expose la fraction de votre patrimoine que vous pouvez attribuer à un ou plusieurs bénéficiaires de votre choix par testament, modifiant ainsi la répartition prévue par la loi.

0%
0%

Êtes-vous marié(e) ?

Informations

Concernant l’âge du conjoint :

Si les enfants sont communs, le conjoint peut choisir entre:
- l'usufruit (usage des biens, perception des revenus) de la totalité des biens existants
- la propriété du quart de ces biens

La méthode d’évaluation fiscale de l'usufruit consiste à appliquer à la valeur d’un bien appréciée en pleine propriété un barème dépendant de l'âge du conjoint, fixé par l’Article 669 du code général des impôts.

Plus le conjoint est âgé et moins son usufruit aura de valeur économique.

20%

Combien avez-vous d'enfants
(vivants ou représentés) ?

Informations

Definition "enfant représenté":
En matière de succession, la représentation permet aux enfants d'une personne décédée avant la personne dont on règle la succession ou renonçant à cette succession ou indigne, d'hériter à sa place.

Elle s'applique uniquement pour les enfants du défunt et leurs descendants ainsi que pour les frères et sœurs du défunt et leurs descendants. Ainsi, par exemple, si vous avez eu deux enfants et que l’un d’eux est décédé en laissant lui-même des enfants, il convient de considérer, pour déterminer à qui revient votre succession, que vous avez deux enfants. La part qui avait vocation à revenir à l'enfant décédé se répartit égalitairement entre ses enfants. Si, à l’inverse, votre enfant décédé n’avait pas d’enfant, il convient de considérer, pour déterminer qui sont vos héritiers, que vous n’avez qu’un enfant.

20%
20%

Combien avez-vous d'enfants
(vivants ou représentés) ?

Informations

Definition "enfant représenté":
En matière de succession, la représentation permet aux enfants d'une personne décédée avant la personne dont on règle la succession ou renonçant à cette succession ou indigne, d'hériter à sa place.

Elle s'applique uniquement pour les enfants du défunt et leurs descendants ainsi que pour les frères et sœurs du défunt et leurs descendants. Ainsi, par exemple, si vous avez eu deux enfants et que l’un d’eux est décédé en laissant lui-même des enfants, il convient de considérer, pour déterminer à qui revient votre succession, que vous avez deux enfants. La part qui avait vocation à revenir à l'enfant décédé se répartit égalitairement entre ses enfants. Si, à l’inverse, votre enfant décédé n’avait pas d’enfant, il convient de considérer, pour déterminer qui sont vos héritiers, que vous n’avez qu’un enfant.

40%
40%

L'un de vos parents est-il toujours vivant?

Informations

En l’absence d’enfant, le ou les parents vivants ont vocation à hériter, éventuellement avec d’autres héritiers.

40%
40%

L'un de vos parents est-il toujours vivant?

Informations

En l’absence d’enfant, le ou les parents vivants ont vocation à hériter, éventuellement avec d’autres héritiers.

40%
40%

Combien vos enfant(s) décédé(s) ont-ils d'enfants chacun ?

Informations

La part qui avait vocation à revenir à l'enfant décédé se répartit égalitairement entre ses enfants.

40%
40%

Les enfants sont-ils tous communs au couple ?

Informations

Dès lors que l'un des enfants n'est pas commun au couple, cela suffit à priver le conjoint du choix de l'usufruit légal (jouissance de tous les biens de la personne décédée) accordé au conjoint qui se trouve en face d’enfants tous communs.

60%
60%

Combien avez-vous de frère(s) et sœur(s)
vivant(s) ou représenté(s)?

Informations

En matière de succession, la représentation permet aux frères et sœurs d'une personne décédée avant la personne dont on règle la succession ou renonçant à cette succession ou indigne, d'hériter à sa place.

Ainsi, par exemple, si vous avez eu deux frères et que l’un d’eux est décédé en laissant lui-même des enfants, il convient de considérer, pour déterminer à qui revient votre succession, que vous avez deux frères. Les enfants de votre frère décédé se partageront alors la part qui avait vocation à lui revenir. Si, à l’inverse, votre frère décédé n’avait pas d’enfant, il convient de considérer, pour déterminer qui sont vos héritiers, que vous n’avez qu’un frère.

60%
60%

Combien avez-vous de frère(s) et sœur(s)
vivant(s) ou représenté(s)?

Informations

En matière de succession, la représentation permet aux frères et sœurs d'une personne décédée avant la personne dont on règle la succession ou renonçant à cette succession ou indigne, d'hériter à sa place.

Ainsi, par exemple, si vous avez eu deux frères et que l’un d’eux est décédé en laissant lui-même des enfants, il convient de considérer, pour déterminer à qui revient votre succession, que vous avez deux frères. Les enfants de votre frère décédé se partageront alors la part qui avait vocation à lui revenir. Si, à l’inverse, votre frère décédé n’avait pas d’enfant, il convient de considérer, pour déterminer qui sont vos héritiers, que vous n’avez qu’un frère.

60%
60%

Combien avez-vous de frère(s) et sœur(s)
vivant(s) ou représenté(s)?

Informations

En matière de succession, la représentation permet aux frères et sœurs d'une personne décédée avant la personne dont on règle la succession ou renonçant à cette succession ou indigne, d'hériter à sa place.

Ainsi, par exemple, si vous avez eu deux frères et que l’un d’eux est décédé en laissant lui-même des enfants, il convient de considérer, pour déterminer à qui revient votre succession, que vous avez deux frères. Les enfants de votre frère décédé se partageront alors la part qui avait vocation à lui revenir. Si, à l’inverse, votre frère décédé n’avait pas d’enfant, il convient de considérer, pour déterminer qui sont vos héritiers, que vous n’avez qu’un frère.

80%
80%

Un (ou des) parent(s) ou grand-parent(s)
de votre père/mère décédé est-il vivant ?

Informations

En l’absence d’enfant, de conjoint, de l’un de vos père et mère, de frère ou de sœur, les parents ou grands-parents de votre père/mère ont vocation à hériter.

80%
80%

Un (ou des) parent(s) ou grand-parent(s)
de votre père/mère décédé est-il vivant ?

Informations

En l’absence d’enfant, de conjoint, de l’un de vos père et mère, de frère ou de sœur, les parents ou grands-parents de votre père/mère ont vocation à hériter.

Prévu par la loi

Avec un testament

1/4

1/4

1/2

Vos héritiers, définis par la loi, sont vos parents et votre conjoint. Chaque parent vivant perçoit un quart (1/4) de la succession et le conjoint survivant perçoit le surplus, soit la moitié (1/2) de la succession.

  • Réserve héréditaire
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et des parents, le conjoint reçoit, au minimum, ¼ des biens de la succession.

Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur les ¾ des biens de la personne décédée. Les parents peuvent ainsi se trouver déshérités puisque leurs droits définis par la loi, correspondant au quart des biens chacun, s’exercent sur les ¾ des biens pouvant faire l’objet d’un testament.

Outre le cas d’un testament, une personne mariée peut aussi avoir souhaité améliorer les droits de son conjoint dans sa succession, grâce à une donation entre époux (encore appelée donation au dernier vivant). Elle permet d’augmenter la part d’héritage revenant au conjoint survivant. Il peut ainsi recevoir, en l’absence d’enfant, la totalité des biens de la succession, y compris lorsque les père et/ou mère du défunt sont en vie.

Prévu par la loi

Avec un testament

1/4

3/4

Vos héritiers, définis par la loi, sont votre parent vivant et votre conjoint. Le parent vivant reçoit le quart (¼) de la succession et le conjoint survivant reçoit le surplus, soit les trois quarts (¾) de la succession.

  • Réserve héréditaire
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et de l’un des deux parents, le conjoint reçoit, au minimum, ¼ des biens de la succession.

Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur les ¾ des biens de la personne décédée. Le parent peut ainsi se trouver déshérité puisque ses droits définis par la loi, correspondant au quart des biens, s’exercent sur les ¾ des biens pouvant faire l’objet d’un testament.

Outre le cas d’un testament, une personne mariée peut aussi avoir souhaité améliorer les droits de son conjoint dans sa succession, grâce à une donation entre époux (encore appelée donation au dernier vivant). Elle permet d’augmenter la part d’héritage revenant au conjoint survivant. Il peut ainsi recevoir, en l’absence d’enfant, la totalité des biens de la succession, y compris lorsque les père et/ou mère du défunt sont en vie.

Prévu par la loi

Avec un testament

totalité

Votre héritier, défini par la loi, est votre conjoint. Il reçoit la totalité de la succession.

  • Réserve héréditaire
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint, le conjoint reçoit, au minimum, ¼ des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur les ¾ des biens de la personne décédée.

Prévu par la loi

Avec un testament

En présence d’un enfant commun au couple, le conjoint a le choix entre toute la succession en usufruit (jouissance de tous les biens de la personne décédée) et un quart (1/4) en pleine propriété.

usufruit

1 Choix du conjoint pour l’usufruit des biens de la succession

Lorsque le conjoint choisit l’usufruit des biens de la succession, il reçoit une fraction du droit de propriété qui permet de l’utiliser (l’habiter) et d’en percevoir les revenus (le louer), mais pas de le vendre. Ses droits portent sur tous les biens, et l’enfant n’a que la nue-propriété de ces biens (propriété d’un bien sans en avoir ni l’usage ni la jouissance).

1/4

2 Choix du conjoint pour le quart (¼) des biens en pleine propriété

Lorsque le conjoint choisit le quart en toute propriété des biens de la succession, ses droits portent sur une partie (1/4) des biens, et l’enfant reçoit le reste des biens (3/4).

  • Réserve héréditaire des enfants
  • Quotité disponible
  • Usufruit du conjoint

En présence d’un enfant commun au couple, le conjoint a le choix entre toute la succession en usufruit (jouissance de tous les biens de la personne décédée) et un quart (1/4) en pleine propriété.

1 Choix de l’usufruit

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et d’un enfant, l’enfant reçoit, au minimum, la moitié des biens de la succession (sur laquelle porte l’usufruit légal du conjoint). Le testament ne peut donc porter que sur l’autre moitié des biens de la succession.

2 Choix du ¼ en pleine propriété

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et d’un enfant, l’enfant reçoit, au minimum, la moitié des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur l’autre moitié des biens de la succession. Le conjoint peut ainsi se trouver déshérité puisque c’est sur cette seconde moitié que s’exercent ses droits définis par la loi, correspondant au quart des biens.

Outre le cas d’un testament, une personne mariée peut aussi avoir souhaité améliorer les droits de son conjoint dans sa succession, grâce à une donation entre époux (encore appelée donation au dernier vivant). Elle permet d’augmenter la part d’héritage revenant au conjoint survivant. Il peut ainsi choisir, en présence d’enfant(s), entre :

1- Soit la quotité disponible ordinaire en propriété (la moitié de la succession en présence d’un enfant, un tiers en présence de deux enfants, un quart en présence de trois enfants ou plus) ;
2- Soit toute la succession en usufruit (y compris sur la part des enfants) ;
3- Soit 1/4 en pleine propriété et 3/4 en usufruit.

Prévu par la loi

Avec un testament

En présence d’enfants tous communs au couple, le conjoint a le choix entre toute la succession en usufruit (jouissance de tous les biens de la personne décédée) et un quart (1/4) en pleine propriété.

usufruit

1 Choix du conjoint pour l’usufruit des biens de la succession

Lorsque le conjoint choisit l’usufruit des biens de la succession, il reçoit une fraction du droit de propriété qui permet de l'utiliser (l’habiter) et d’en percevoir les revenus (le louer), mais pas de le vendre. Ses droits portent sur tous les biens, et les enfants n’ont que la nue-propriété de ces biens, qui se répartit égalitairement entre eux (propriété d’un bien sans en avoir ni l’usage ni la jouissance).

1/4

2 Choix du conjoint pour le quart (¼) des biens en pleine propriété

Lorsque le conjoint choisit le quart en toute propriété des biens de la succession, ses droits portent sur une partie (1/4) des biens, et les enfants reçoivent le reste des biens (3/4), répartis égalitairement entre eux.

  • Réserve héréditaire des enfants
  • Quotité disponible
  • Usufruit du conjoint

En présence d’enfants tous communs au couple, le conjoint a le choix entre toute la succession en usufruit (jouissance de tous les biens de la personne décédée) et un quart (1/4) en pleine propriété.

1 Choix de l’usufruit

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et de deux enfants, les enfants reçoivent, au minimum, les 2/3 des biens de la succession (sur lesquels porte l’usufruit légal du conjoint).

Le testament ne peut donc porter que sur le tiers restant des biens de la succession.

2 Choix du ¼ en pleine propriété

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et de deux enfants, les enfants reçoivent, au minimum, les ⅔ des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur le tiers restant des biens de la succession. Le conjoint peut ainsi se trouver déshérité puisque c’est sur ce tiers que s’exercent ses droits définis par la loi, correspondant au quart des biens.

Outre le cas d’un testament, une personne mariée peut aussi avoir souhaité améliorer les droits de son conjoint dans sa succession, grâce à une donation entre époux (encore appelée donation au dernier vivant). Elle permet d’augmenter la part d’héritage revenant au conjoint survivant. Il peut ainsi choisir, en présence d’enfant(s), entre :

1- Soit la quotité disponible ordinaire en propriété (la moitié de la succession en présence d’un enfant, un tiers en présence de deux enfants, un quart en présence de trois enfants ou plus) ;
2- Soit toute la succession en usufruit (y compris sur la part des enfants) ;
3- Soit 1/4 en pleine propriété et 3/4 en usufruit.

Prévu par la loi

Avec un testament

En présence d’enfants tous communs au couple, le conjoint a le choix entre toute la succession en usufruit (jouissance de tous les biens de la personne décédée) et un quart (¼) en pleine propriété.

usufruit

1 Choix du conjoint pour l’usufruit des biens de la succession

Lorsque le conjoint choisit l’usufruit des biens de la succession, il reçoit une fraction du droit de propriété qui permet de l'utiliser (l’habiter) et d’en percevoir les revenus (le louer), mais pas de le vendre. Ses droits portent sur tous les biens, et les enfants n’ont que la nue-propriété de ces biens, qui se répartit égalitairement entre eux (propriété d’un bien sans en avoir ni l’usage ni la jouissance).

1/4

2 Choix du conjoint pour le quart (¼) des biens en pleine propriété

Lorsque le conjoint choisit le quart en toute propriété des biens de la succession, ses droits portent sur une partie (¼) des biens, et les enfants reçoivent le reste des biens (¾), répartis égalitairement entre eux.

  • Réserve héréditaire des enfants
  • Quotité disponible
  • Usufruit du conjoint

En présence d’enfants tous communs au couple, le conjoint a le choix entre toute la succession en usufruit (jouissance de tous les biens de la personne décédée) et un quart (¼) en pleine propriété.

1 Choix de l’usufruit

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et de trois enfants ou plus, les enfants reçoivent, au minimum, les ¾ des biens de la succession (sur lesquels porte l’usufruit légal du conjoint).

Le testament ne peut donc porter que sur le quart restant des biens de la succession.

2 Choix du ¼ en pleine propriété

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et de trois enfants ou plus, les enfants reçoivent, au minimum, les ¾ des biens de la succession.

Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur le quart restant des biens de la succession. Le conjoint peut ainsi se trouver déshérité puisque c’est sur ce quart que s’exercent ses droits définis par la loi, correspondant au quart des biens.

Outre le cas d’un testament, une personne mariée peut aussi avoir souhaité améliorer les droits de son conjoint dans sa succession, grâce à une donation entre époux (encore appelée donation au dernier vivant). Elle permet d’augmenter la part d’héritage revenant au conjoint survivant. Il peut ainsi choisir, en présence d’enfant(s), entre :

1- Soit la quotité disponible ordinaire en propriété (la moitié de la succession en présence d’un enfant, un tiers en présence de deux enfants, un quart en présence de trois enfants ou plus) ;
2- Soit toute la succession en usufruit (y compris sur la part des enfants) ;
3- Soit 1/4 en pleine propriété et 3/4 en usufruit.

Prévu par la loi

Avec un testament

1/4

Vos héritiers, définis par la loi, sont votre conjoint et votre enfant. Le conjoint survivant reçoit le quart (¼) de la succession et votre enfant reçoit le surplus, soit les trois quarts (3/4) de la succession.

  • Réserve héréditaire
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et d’un enfant, l’enfant reçoit, au minimum, la moitié des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur l’autre moitié des biens de la succession. Le conjoint peut ainsi se trouver déshérité puisque c’est sur cette seconde moitié que s’exercent ses droits définis par la loi, correspondant au quart des biens.

Outre le cas d’un testament, une personne mariée peut aussi avoir souhaité améliorer les droits de son conjoint dans sa succession, grâce à une donation entre époux (encore appelée donation au dernier vivant). Elle permet d’augmenter la part d’héritage revenant au conjoint survivant. Il peut ainsi choisir, en présence d’enfant(s), entre :

1- Soit la quotité disponible ordinaire en propriété (la moitié de la succession en présence d’un enfant, un tiers en présence de deux enfants, un quart en présence de trois enfants ou plus) ;
2- Soit toute la succession en usufruit (y compris sur la part des enfants) ;
3- Soit 1/4 en pleine propriété et 3/4 en usufruit.

Prévu par la loi

Avec un testament

1/4

Vos héritiers, définis par la loi, sont votre conjoint et vos enfants. Le conjoint survivant reçoit le quart (¼) de la succession et les enfants vivants ou représentés reçoivent le surplus, soit les trois quarts (3/4) de la succession. La part revenant aux enfants se répartit entre eux de manière égalitaire.

  • Réserve héréditaire
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et de deux enfants, les enfants reçoivent, au minimum, les ⅔ des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur le tiers restant des biens de la succession. Le conjoint peut ainsi se trouver déshérité puisque c’est sur ce tiers que s’exercent ses droits définis par la loi, correspondant au quart des biens.

Outre le cas d’un testament, une personne mariée peut aussi avoir souhaité améliorer les droits de son conjoint dans sa succession, grâce à une donation entre époux (encore appelée donation au dernier vivant). Elle permet d’augmenter la part d’héritage revenant au conjoint survivant. Il peut ainsi choisir, en présence d’enfant(s), entre :

1- Soit la quotité disponible ordinaire en propriété (la moitié de la succession en présence d’un enfant, un tiers en présence de deux enfants, un quart en présence de trois enfants ou plus) ;
2- Soit toute la succession en usufruit (y compris sur la part des enfants) ;
3- Soit 1/4 en pleine propriété et 3/4 en usufruit.

Prévu par la loi

Avec un testament

1/4

Vos héritiers, définis par la loi, sont votre conjoint et vos enfants. Le conjoint survivant reçoit le quart (¼) de la succession et les enfants vivants ou représentés reçoivent le surplus, soit les trois quarts (3/4) de la succession. La part revenant aux enfants se répartit entre eux de manière égalitaire.

  • Réserve héréditaire
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un conjoint et de trois enfants ou plus, les enfants reçoivent, au minimum, les 3/4 des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur le quart restant des biens de la succession. Le conjoint peut ainsi se trouver déshérité puisque c’est sur ce quart que s’exercent ses droits définis par la loi correspondant au quart des biens.

Outre le cas d’un testament, une personne mariée peut aussi avoir souhaité améliorer les droits de son conjoint dans sa succession, grâce à une donation entre époux (encore appelée donation au dernier vivant). Elle permet d’augmenter la part d’héritage revenant au conjoint survivant. Il peut ainsi choisir, en présence d’enfant(s), entre :

1- Soit la quotité disponible ordinaire en propriété (la moitié de la succession en présence d’un enfant, un tiers en présence de deux enfants, un quart en présence de trois enfants ou plus) ;
2- Soit toute la succession en usufruit (y compris sur la part des enfants) ;
3- Soit 1/4 en pleine propriété et 3/4 en usufruit.

Prévu par la loi

Avec un testament

1/4

1/4

Vos héritiers, définis par la loi, sont votre parent vivant et vos frères et sœurs. Le parent vivant reçoit un quart (¼) de la succession, et les frères et sœurs vivant(s) ou représenté(s) reçoivent le surplus, soit la moitié (½) de la succession. La part revenant aux frères et sœurs se répartit entre eux de manière égalitaire.

  • Liberté testamentaire totale

En présence des parents et des frères et sœurs, l’ensemble du patrimoine peut être attribué par testament à un bénéficiaire librement choisi. Les héritiers définis par la loi peuvent donc être totalement évincés.

Prévu par la loi

Avec un testament

1/2

1/2

Vos héritiers, définis par la loi, sont vos parents. Chacun des père et mère reçoit la moitié (½) de la succession.

  • Liberté testamentaire totale

En présence des parents, l’ensemble du patrimoine peut être attribué par testament à un bénéficiaire librement choisi. Les héritiers définis par la loi peuvent donc être totalement évincés.

Prévu par la loi

Avec un testament

1/4

Vos héritiers, définis par la loi, sont votre parent vivant et vos frères et sœurs. Le parent vivant reçoit un quart (¼) de la succession, et les frères et sœurs vivants ou représentés reçoivent le surplus, soit les trois quarts (¾) de la succession. La part revenant aux frères et sœurs se répartit entre eux de manière égalitaire.

  • Liberté testamentaire totale

En présence de l’un des deux parents et de frères et sœurs, l’ensemble du patrimoine peut être attribué par testament à un bénéficiaire librement choisi. Les héritiers définis par la loi peuvent donc être totalement évincés.

Prévu par la loi

Avec un testament

1/2

1/2

Vos héritiers, définis par la loi, sont votre parent vivant et l’ascendant le plus proche de votre parent décédé. Le parent vivant reçoit la moitié (½) de la succession et l’ascendant de l'autre branche reçoit l’autre moitié (½) de la succession.

  • Liberté testamentaire totale

En présence d’un parent et d’un parent ou grand-parent du parent décédé, l’ensemble du patrimoine peut être attribué par testament à un bénéficiaire librement choisi. Les héritiers définis par la loi peuvent donc être totalement évincés.

Prévu par la loi

Avec un testament

totalité

Votre héritier, défini par la loi, est votre parent vivant. Il reçoit la totalité de la succession.

  • Liberté testamentaire totale

En présence de l’un des deux parents seulement, l’ensemble du patrimoine peut être attribué par testament à un bénéficiaire librement choisi. Les héritiers définis par la loi peuvent donc être totalement évincés.

Prévu par la loi

Avec un testament

Vos héritiers, définis par la loi, sont vos frères et sœurs vivants ou représentés. Les frère(s) et soeur(s) vivants ou représentés reçoivent la totalité de la succession, qui se répartit entre eux de manière égalitaire.

  • Liberté testamentaire totale

En présence de frères et sœurs, l’ensemble du patrimoine peut être attribué par testament à un bénéficiaire librement choisi. Les héritiers définis par la loi peuvent donc être totalement évincés.

Prévu par la loi

Avec un testament

1/1

La succession se répartit par moitié entre la branche paternelle et la branche maternelle. L'ascendant vivant le plus proche en degré dans la branche maternelle reçoit la moitié (½) de la succession. L’autre moitié (½) revient à l’ascendant le plus proche en degré dans la branche paternelle.

Nous vous invitons à prendre contact avec un notaire afin de déterminer précisément qui sont vos héritiers.

  • Liberté testamentaire totale

En l’absence de conjoint et d’enfant(s), l’ensemble du patrimoine peut être attribué par testament à un bénéficiaire librement choisi. Les héritiers définis par la loi peuvent donc être totalement évincés.

Prévu par la loi

Avec un testament

Les héritiers sont les parents les plus proches jusqu'au 6ème degré. La succession se répartit par moitié entre la branche paternelle et la branche maternelle. Dans chaque branche, l'héritier le plus proche en degré exclut les autres. En cas de parenté au même degré dans la même branche, les héritiers appelés se partagent la part dévolue à cette branche par tête.

Nous vous invitons à prendre contact avec un notaire afin de déterminer précisément qui sont vos héritiers.

  • Liberté testamentaire totale

En l’absence de conjoint et d’enfant(s), l’ensemble du patrimoine peut être attribué par testament à un bénéficiaire librement choisi. Les héritiers définis par la loi peuvent donc être totalement évincés.

Prévu par la loi

Avec un testament

Votre héritier, défini par la loi, est votre enfant.

  • Réserve héréditaire des enfants
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un enfant, l’enfant reçoit, au minimum, la moitié des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur l’autre moitié des biens de la succession.

Prévu par la loi

Avec un testament

Vos héritiers, définis par la loi, sont vos enfants. La succession se répartit égalitairement entre les enfants vivants ou représentés.

  • Réserve héréditaire des enfants
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence de deux enfants, les enfants reçoivent, au minimum, les deux tiers (2/3) des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur le tiers (1/3) restant des biens de la succession.

Prévu par la loi

Avec un testament

Vos héritiers, définis par la loi, sont vos enfants. La succession se répartit égalitairement entre les enfants vivants ou représentés.

  • Réserve héréditaire des enfants
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence de trois enfants ou plus, les enfants reçoivent, au minimum, les trois quarts (3/4) des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur le quart (1/4) restant des biens de la succession.

Prévu par la loi

Avec un testament

Votre héritier, défini par la loi, est votre enfant.

  • Réserve héréditaire des enfants
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un enfant, l’enfant reçoit, au minimum, la moitié des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur l’autre moitié des biens de la succession.

Prévu par la loi

Avec un testament

Vos héritiers, définis par la loi, sont vos enfants. La succession se répartit égalitairement entre les enfants vivants ou représentés.

  • Réserve héréditaire des enfants
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence de deux enfants, les enfants reçoivent, au minimum, les deux tiers (2/3) des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur le tiers (1/3) restant des biens de la succession.

Prévu par la loi

Avec un testament

Vos héritiers, définis par la loi, sont vos enfants. La succession se répartit égalitairement entre les enfants vivants ou représentés.

  • Réserve héréditaire des enfants
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence de trois enfants ou plus, les enfants reçoivent, au minimum, les trois quarts (3/4) des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur le quart (1/4) restant des biens de la succession.

Prévu par la loi

Avec un testament

Vos héritiers, définis par la loi, sont vos enfants. La succession se répartit égalitairement entre les enfants vivants ou représentés.

  • Réserve héréditaire des enfants
  • Quotité disponible

Si un testament a été fait par la personne décédée au profit d’une tierce personne, en présence d’un enfant, l’enfant reçoit, au minimum, la moitié des biens de la succession. Le testament ne peut donc porter, au maximum, que sur l’autre moitié des biens de la succession.

Veuillez répondre à la question, svp :(

Avec qui
en parler ?

Pour affiner votre estimation ou pour réduire
vos frais de succession, le notaire est à vos côtés.

Vous vous posez de nombreuses questions au sujet de la succession ?
Le notaire est votre meilleur allié pour vous accompagner
et vous donner des réponses personnalisées.

Simplifiez-vous la vie, trouvez le bon notaire au bon endroit !

Je trouve un notaire     

Vous cherchez
des réponses ?

Je consulte les questions